Test n° 2 : Le Microscope USB

Ma grand-mère m'avait prévenu.

C'est un journal communiste ! Tu ne devrais pas lire ces choses là.

Mais du haut de mes 9 ans, je me foutais pas mal des histoires politiques des grands. Tout ce qui m'importait, c'était l'émerveillement qui accompagnait chaque parution de ce merveilleux Pif Gadget.

Et cette fois le divin magazine nous promettait un microscope ! Un vrai ! A moi le monde fascinant de l'infiniment petit. A moi les randonnées imaginaires dans les vallées étranges entourées de montagnes roses constituées par les empreintes digitales de l'index de ma grande soeur.

Mais bof. L'assemblage de carton plié ne donnait guère plus qu'une vague migraine à force de tenter d'apercevoir quoique ce soit dans la misérable lentille de plastique fixée de travers dans un montage certes audacieux mais bien peu enclin à résister à la brutalité légendaire d'un enfant de cet âge.




Quelques mois plus tard, l'expérience fut reconduite avec cette fois l'arrivée d'un microscope nettement plus robuste puisque constitué d'un plastique du plus bel effet. Toujours difficile d'y découvrir de quoi devenir un futur prix Nobel de médecine, mais au moins ça tenait debout même si le petit miroir de plastique n'était pas d'une grande aide en terme d'apport de luminosité à notre soif de découvertes.

Enfin l'année suivante nous avons eu droit au prometteur Stylo microscope qui s'affranchissait de toute corvée de montage tout en nous offrant quelques beaux espoirs vite associés au fantasmes les plus fous de posséder enfin un des gadgets fabuleux directement issu de la poche la plus secrète d'un James Bond de passage.

Mais là encore la vision de l'infiniment petit demeurait bien floue et difficile à accomoder probablement à cause de l'absence totale d'un dispositif de mise au point. Les frontières du visible reculaient donc une nouvelle fois, pour disparaitre tristement de mon horizon d'enfant.

C'est probablement ce jour là que j'ai commencé à douter de tout...

Bon, me direz-vous, et le microscope USB dans tout ça ? J'y viens, j'y viens...


 

Après cette introduction riche en souvenirs à couverture rouge, voici l'objet de notre test n°2 :

Le Microscope USB

On reste donc dans le domaine du microscope, mais cette fois je vais tenter à peu de frais de trouver enfin une solution acceptable à ma soif d'exploration de ce qui s'éloigne chaque année davantage, à savoir tout ce qui est trop petit pour être visible à l'oeil nu.

L'objet s'appelle un microscope USB et se présente sous la forme d'un gros stylo qu'on peut tenir ou poser sur son pied articulé. Il est doté d'une grosse molette noire pour la mise au point et d'une couronne de leds autour de l'objectif, histoire de résoudre définitivement le problème de l'éclairage.

Pas de piles, un cordon USB à brancher dans l'ordinateur et c'est tout. Bon d'accord, un driver et une application à installer mais après c'est promis, plus rien à faire sinon... jouer avec !

La bête promet un zoom jusqu'à 200 fois. En fait, seule la distance va définir le taux de grossissement. Le stylo collé à l'objet va grossir 200 fois, posé à 30 cm ça fera... beaucoup moins.

Une fois la session commencée, l'application permet de capturer les images, voire des vidéos.

Je vous laisse admirer quelques exemples de ce qu'on peut obtenir avec ce gadget :

Une plume x10 La même x200

Un index Le dos de la main

 

Un euro Une petite sauterelle

Un tissu microfibre Le même x200

Un cristal d'Azurite Une Moldavite (3 cm de long)

Les pixels de l'IPAD 1 x50 idem x200

Les pixels de l'IPAD 3 x50 idem x200. Il y en a vraiment 4 fois plus.

Pour finir, quelques détails pratiques :

Ce microscope m'a coûté 26,99 euros. Il est compatible Mac/PC.

Vous pouvez en trouver différents modèles plus ou moins chers sur Amazon.fr

... et le voir en action sur cette vidéo ou celle là.

 

Au mois prochain pour un nouveau gadget relativement inutile donc absolument indispensable !

Voir un autre test :