Test n° 3 : Le Nicer Dicer

Les cuisiniers sont des tueurs en série qui s'ignorent.

Je l'avais senti dès le 1er regard, à la façon qu'il avait de manier le (grand) couteau, ce cuisinier ne devait pas avoir son pareil pour faire disparaitre un cadavre tout frais en menus morceaux, "éparpillé façon puzzle" comme disait Audiard.

Plus tard, la cuisine orientale se faisant plus présente dans notre beau pays, j'ai eu confirmation de mes doutes en voyant les cuistots japonais faire virevolter les lames tels de sanglants ninjas à la solde de yakuzas bien inspirés par le côté pratique de ces innocentes façades à la devanture alléchante qui sous la promesse de nous confectionner moultes plats exotiques à base de poisson même pas cuit devaient en réalité -je n'ai aucun doute là dessus- faire disparaitre dans leurs sous sols tous les témoins génants discrètement retirés de la circulation par la mafia locale.

Impossible dès lors de réussir à couper ne serait-ce qu'un saucisson ou une tomate sans frémir de terreur en repensant à toutes ces victimes innocentes et tranchées vives. J'ai donc renoncé à devenir cuisinier de métier.

C'est probablement ce jour là que j'ai commencé à douter de tout...

Bon, me direz-vous, et le Nicer Dicer dans tout ça ? J'y viens, j'y viens...


 

Après cette introduction riche en accusations gratuites, voici l'objet de notre test n°3 :

Le Nicer Dicer

(ou littéralement le trancheur sympa)

 

Tout a commencé dans un centre commercial, avec cet engin présenté en tête de gondole histoire d'attirer le chaland. Pff, je ne suis pas le genre à me laisser embobiner par de belles promesses et une démo sur un minable écran plat poussiéreux. Donc je passe. Et je reviens. Et je l'achète. Oui, d'accord j'ai été faible sur ce coup là, mais c'est pour vous amis lecteurs, pour vous offrir un test que j'ai cédé à l'appel de l'acheteur compulsif. Mais je ne le regrette pas !

 

 

Cet instrument absolument délicieux est non seulement beau et joliment coloré, mais il a pour ambition de vous assister en cuisine dans le tranchage, découpage et éminçage divers et variés de tout ce qui peut se couper, se trancher, se... bref vous avez compris l'idée.

C'est au départ une petite boîte transparente remplie à ras bord d'ustensiles divers.
Une fois l'ensemble étalé sur la table, la première chose qu'on constate est qu'on en a pour son argent ! Une boite avec son couvercle magique, 5 râpes diverses, un couvercle de conservation, un éplucheur tout mignon tout vert, et des trucs poussoirs dont on ignore pour l'instant le rôle exact.

 

 

Le principe est simple. Vous choisissez la rape qui va bien, vous placez dessus le truc à découper, on rabat le couvercle et hop ! C'est fini. Avec ça, une salade de dés de tomate/concombre sera expédiée en une minute maxi. L'ensemble est très bien fini, dans un plastique de qualité et tout se lave en un tour de main sous le robinet.

 

 

Cette opération de lavage révèle un des aspects les plus rusés du Nicer Dicer... Son bouton poussoir. Au début on pense qu'il va servir à pousser les aliments à travers la grille piur les couper.
Que nenni ! C'est ce qu'ils appellent pompeusement la fonction "autonettoyante".

 

 

Et ça n'est pas si exagéré que ça ! Le fameux bouton sert en fait à pousser une grille transparente qui va éjecter du couvercle tout ce qui est coinçé. C'est tout simplement génial.

Une fois les éléments lavés, presque tout se range dans la boite de découpe, une nouvelle ruse qui permet de prendre un minimum de place. (il reste le couvercle fraicheur et le petit éplucheur tout mignon, mais ça on peut les caser ailleurs).

 


Pour finir, quelques détails pratiques :

Cet ensemble coûte environ 55 euros. C'est à peu près le prix partout.

Vous pouvez cependant le trouver moins cher chez Amazon.

... et le voir en action sur cette vidéo

 

Au mois prochain pour un nouveau gadget relativement inutile donc absolument indispensable !

Revoir un ancien test :